01 76 70 02 16
 
0
4.47/5
274
Avis clients
17/02/2016
très bien
17/02/2016
très bien
17/02/2016
très bien
BOUTIQUE      Ecrans Tactiles Interactifs      Enseignement primaire : les dessous du succès du système éducatif finlandais


Enseignement primaire : les dessous du succès du système éducatif finlandais

Ecrans Tactiles Interactifs 16/01/2019

Cet article s’inscrit dans une volonté de transmettre des modèles d’enseignement réussis afin d’en inspirer nos corps enseignants en France. Toujours pour en tirer les avantages en termes de pratiques pédagogiques appliquées à tester dans nos salles de classe. Nous abordons l’exemple de la Finlande.

En Finlande, les salles de classe ne ressemblent en rien à ce que les élèves connaissent en France. Au niveau des équipements, de l’aménagement des espaces et du système éducatif, force est de reconnaître que le système français a encore un temps de retard et surtout a du mal à accorder la liberté d’action aux élèves.

Différence au niveau de l’aménagement des salles de classe

En Finlande, individuellement, dans un environnement détendu, enfoncé dans des coussins, certains enfants s’adonnent à la lecture, tandis que d’autres s’appliquent à des jeux éducatifs sur tablette ou encore à des jeux de construction. Les élèves ont quand même droit à des tables où ils peuvent s’installer pour s’exercer avec des accessoires éducatifs : des pièces de bois ornées de chiffres et autres signes mathématiques ou encore de lettres.



En France, même si on remarque un effort au niveau de l’aménagement des salles de classe avec l’école du 21è siècle, le concept de regroupement est encore bien ancré dans le système et les élèves n’ont pas tellement de liberté de mouvement.



Le système éducatif finlandais encourage beaucoup la collaboration et le mouvement, d’où l’équipement des classes en chaises à roulettes et la possibilité pour les enfants de déambuler en chaussettes dans toute la classe. Les tables disposées en rang selon l’ancien système ne répondent désormais plus aux objectifs de la nouvelle méthode d’enseignement. Les maîtresses ne trônent plus en face de toute la classe sur leurs bureaux, elles circulent dans toute la salle, répondant aux sollicitations des jeunes élèves ou se chargeant de regroupement pour des séances de lecture sur le tableau interactif qui remplace désormais les traditionnels tableaux noirs.

En France, les outils technologiques comme les tableaux blancs interactifs (TBI) et les écrans interactifs ont bien commencé à trouver leur place dans les salles de classe. Les enseignants manquent généralement de formation sur leurs utilisations, si bien qu’ils sont sous exploités et ne remplissent pas le rôle d’outils collaboratifs pour optimiser l’enseignement.

Qu’on ne s’y trompe pas, les élèves finlandais qui évoluent dans cette atmosphère relativement libérale ont, si ce n’est plus, le niveau attendu : l’équivalent des classes CP et CE1 ont à leur actif la capacité de lecture, de compter jusqu’à 100 et en outre faire des opérations simples d’addition et de soustraction.



Ce constat a été fait à l’école Maininki dans la ville d’Espoo en Finlande. Le modèle d’enseignement qui y est appliqué n’est pas un cas isolé, loin de là. Dans ce pays, les enfants entrent à l’école à 7 ans, un âge où la majorité a une bonne maitrise de la lecture. La Finlande éblouit de nombreux pays par ses résultats remarquables. Le pays se trouve en effet régulièrement en tête des classements internationaux depuis qu’il a décidé de bouleverser radicalement son système éducatif il y a de cela une quarantaine d’années. La direction de l’école Maininki Eero Kling soutient que le « miracle finlandais » tient son succès du fait que le but principal est de préparer les enfants à la vie et non de les former seulement pour passer des examens.



Respect de la profession d’enseignant au même titre que celui de médecin

L’école Maininki est équipée de manière à fournir aux élèves le meilleur environnement éducatif possible. Les enfants des classes primaires et du collège ont ainsi à disposition du matériel informatique, un large choix d’instruments de musique, mais aussi des équipements pour la cuisine, la menuiserie ou encore la couture. Cela dit, la réussite du système résulte de l’importance de l’investissement fait en primaire.



En effet, si le ministère fixe la ligne générale, les écoles sont financées par les municipalités et la charge de recrutement des enseignants revient à la direction de l’établissement. Cette dernière ne s’implique pas dans le déroulement des cours connaissant la solidité de la formation des enseignants. On constate donc qu’à chaque niveau, chaque acteur bénéficie d’une grande liberté d’action.

En France, le conseil national d’évaluation du système scolaire a établi un rapport sur les conditions d’exercice du métier. Le revenu moyen des enseignants n’est pas des plus attractifs par rapport aux autres métiers. On ne se bouscule ainsi pas aux portillons pour faire carrière dans l’enseignement.



En Finlande, le métier d’enseignant a autant de valeur que celui de médecin ou d’avocat. Les enseignants gagnent bien leur vie avec un salaire moyen débutant à 2700 € mensuel. Les postulants sont nombreux et le taux de refus est très élevé, selon le témoignage d’une enseignante qui se souvient que seuls 10 % de sa promotion furent passés à son entrée en fac. Cette même enseignante est persuadée que la liberté pédagogique est à l’origine du succès du système éducatif finlandais.



L’enseignant qui fait son monologue pendant les heures de cours n’encourage en aucune manière la participation des élèves, alors que quand ces derniers sont mis en groupe, il s’instaure un climat de confiance encourageant l’interaction. Le nouveau système éducatif invite par ailleurs à la diversification des outils d’enseignement. Les cours d’histoire ne se cantonnent pas à l’utilisation de livres, les enseignants peuvent recourir à des dessins. De même, les leçons de biologie peuvent user de la cuisine pour mieux intégrer les expériences scientifiques. Les cours peuvent se faire sur les tables ou à même le sol, du moment que les enfants sont à leur aise.

La Finlande prend en charge la scolarité de tous les enfants de 7 à 15 ans. Le transport, la cantine, les manuels ainsi que l’ensemble des fournitures sont offerts pour respecter l’équité. Cette prise en charge dure naturellement tout le long des 190 jours constituant une année scolaire. Les journées, pour les classes primaires, durent entre 4 et 6 heures pour un effectif moyen de 20 élèves par classe. La densité des cours augmente avec l’âge, mais les enseignants soulignent qu’ils tiennent toujours en compte le fait que les élèves sont encore des enfants.

Suivi des élèves en difficulté

L’école Maininki entend bien faire le maximum pour qu’aucun élève n’abandonne, peu importe le motif. Comme dans tout établissement scolaire, il y a toujours des élèves moins performants que d’autres; ils ont besoin de plus de suivi et d’attention. 9 des 52 enseignants de l’établissement ont une formation spécifique en soutien d’élèves en difficulté. Il peut s’agir d’élèves en difficulté ou aussi d’enfants qui viennent d’arriver dans le pays et se sentent encore un peu perdus. C’est une action qui est mise en place dans l’ensemble du territoire qui profite à environ 30% des élèves.


Les enseignants spécialisés représentent pour ces derniers une figure rassurante leur conférant un statut de conseiller en qui on peut avoir confiance. Les élèves témoignent de la facilité d’aborder les enseignants. Mis en confiance, ils n’ont pas honte de demander de l’aide quand ils ne comprennent pas. Les problèmes sont abordés sous différents angles jusqu’à ce que l’élève assimile la leçon, la méthode pouvant être différente d’un élève à un autre. Le système éducatif français tend à regrouper les élèves selon un certain niveau. De formation généraliste, les enseignants ne sont pas forcément axés sur l’individu, plus généralement au groupe.



Le système éducatif finlandais présente toutefois une petite faille. Si les moins bons trouvent du réconfort dans le support des enseignants spécialisés, ceux qui s’en sortent bien manquent un peu de stimulation, si bien qu’ils ont tendance à opter pour les formations professionnelles plutôt que d’aller vers l’enseignement général. Ils savent cependant qu’ils sont libres à tout moment de leur scolarité de changer de cap. Un collégien témoigne de l’avantage de ce système sur les élèves. Comme ils savent qu’ils ont à tout moment la possibilité de changer de filière s’ils se rendent compte qu’ils n’ont pas fait le bon choix, les élèves ne ressentent aucune pression. Cela leur permet de regarder plusieurs horizons, pour finir par trouver le bon.

L’étude internationale Pisa expose une réalité assez déconcertante au vu de tous les avantages du système éducatif finlandais. Apparemment, les élèves de 15 ans en Finlande seraient moins heureux qu’ils ne le devraient en classe, ce qui n’est pas le cas des Français.

ECRAN INTERACTIF TACTILE

Ecran Easypitch pour l'enseignement

L’écran interactif Easypitch est un support tout en un qui permet de créer des leçons et activités. Le travail de l’enseignant et des élèves peut être enregistré et repris à tout moment. Découvrez ici tous les modèles.

Ecrans Tactiles Interactifs

Ecrans Tactiles Interactifs

Une grande gamme d'écrans interactifs pour Entreprise et Education. Démarrage immédiat et absence d’ombre portée.

En savoir plus
Sur le même sujet

Retour d'usages d'enseignants ayant utilisé nos écrans tactiles Easypitch

Découvrez des retours d'usage d'enseignants ayant intégré l'écran tactile Easypitch dans leur pratiques pédagogiques. L'intérêt est unanime et sans appel.

Lire détail
Sur le même sujet

Une rentrée interactive pour les écoles à Porto Vecchio

Plusieurs écoles en corse ont été dotées d'écrans interactifs Easypitch. Elles cherchent grâce à cet équipement de nouvelles perspectives d'enseignement.

Lire détail